Sélectionner une page

    L‘organisme international chargé d’homologuer les records de vitesse à la voile sur l’eau a émis un communiqué de presse, le 2 décembre 2010, déclarant que le record absolu de vitesse à la voile sur l’eau qu’Alex Caizergues avait atteint le 12 octobre dernier en Namibie est maintenant homologué.

   On se souvient effectivement que le 12 octobre dernier, Alex avait tenu en kite-surfing la vitesse moyenne de 54,10 noeuds.  Du jamais vu !  La barre des 100 km/h était enfin franchie par… un engin aquatique à voile de faibles dimensions, manoeuvré par une seule personne.

   Simple formalité, pourrait-t-on dire ?  Pas du tout.  Le World Sailing Speed Record Council (WSSRC)lève tout doute sur les performances d’Alex à la voile.  Le kite-surfing promet des records de vitesse moyennes intéressantes.  Plusieurs kite-surfeurs luttent pour la première place.  Alex l’a arrachée à Robert Douglas qui détenait le record de vitesse sur 500 en kite-surfing depuis un peu plus de deux ans.

   Alex Caizergues peut bien se targuer d’être incontestablement la personne la plus rapide sur l’eau à la voile.

   En plus, le record est absolu.  Alex n’est pas simplement le plus rapide à la voile dans sa catégorie; il l’est dans toutes les catégories d’engins aquatiques à voile, peu importe la distance parcourue.

   Petit rappel : le WSSRC ne se préoccupe pas pour l’instant des records de vitesse de pointe.  Cela tient vraisemblablement aux difficultés de bien mesurer un record de vitesse à la voile.  L’organisme ne peut pour l’instant qu’homologuer des vitesses moyennes, en commençant par les vitesses moyennes sur 500 mètres.

   En ce qui concerne le record de vitesse absolu à la voile sur l’eau, le record officieux appartient au maxi-trimaran Hydroptère qui aurait atteint, en 2009, la vitesse de pointe de 61 noeuds.  En fait de vitesses moyennes sur 500 mètres, l’Hydroptère n’est pas loin derrière Alex, à cette différence-ci que l’Hydroptère a également atteint en novembre 2009, le record de vitesse moyenne de 50,17 noeuds sur une distance d’ un (1) mille nautique.  A ce niveau-là, l’Hydroptère n’est pas surpassé.

***********************************************

Notice du 15 juillet 2001 :

Après consultation aujourd’hui du site Web de l’organisme international d’homologation des records de vitesse à la voile sur l’eau, rien à signaler en fait de records sur voiliers conventionnels.  Je garde à l’esprit les records  toujours non détrônés de Franck Cammas sur le trimaran Groupama 3 et celui de Michel Desjoyeaux sur le monocoque Foncia, tous deux en tour du monde non-stop en solitaire.  Ce sont pour moi les records les plus remarquables jusqu’à présent.  À quand les nouveaux records dans la même catégorie ?  Que je sache, il n’y en a pas pour l’instant en voie d’homologation.

Notice du 16 janvier 2011 :

   De noeud en noeud, les records de vitesse en kite-surf se succèdent du côté masculin, depuis le record de 54,10 noeuds d’Alex Caizergues.  Le flambeau revient pour l’heure à l’Américain Rob Douglas qui a touché les 55,65 noeuds en octobre 2010, un record qui lui a valu malheureusement des blessures après un chute désastreuse à haute vitesse.  Je salue ces courageux athlètes du vent et de l’eau, et je salue surtout en passant le record féminin tout récent en kite-surfing de plus de 50 noeuds, soit 50,43 plus précisément, atteint à la même époque par  Charlotte Consorti.  Son record dépasse de presque huit noeuds le précédent record féminin.  Chapeau !  Et aussi tous mes souhaits de convalescence à Rob Douglas.

   Mon intérêt pour les records de vitesse absolu sur l’eau à la voile s’arrête ici.  Je m’en tiendrai donc aux records de vitesse réalisés sur des voiliers conventionnels, monocoques et multicoques.  Les records abolus, tous engins à voile confondus, sont difficiles à suivre.  Notons par ailleurs que les records de vitesse moyenne à la voile tourdumondiste détenus par des mineurs d’âge ne suscitent plus mon intérêt pour des raisons de sentiment de responsabilité envers les adolescents, à l’instar du World Sailing Speed Record Councilqui n’en tient plus compte afin de protéger les jeunes de tentatives trop hardies pour leur âge.  Idem pour les séniors.  Bravo, mais nous ne voudrions pas vous inciter non plus à vous pousser toujours plus loin à l’extrême limite du possible.  Un record en appelle un autre, avec pour résultat que le risque n’en vaut plus la chandelle, à mon humble avis, tant que les moyens de protection raisonnables ne sont pas conçus et appliqués.