Sélectionner une page
(Mise à jour de l’article maintenant disponible ici)
  
   Alexandre Caizergues, kit-surfeur de renommée, a franchi un nouveau record de vitesse en kit-surfing en tenant une moyenne de 54 nœuds (chiffre arrondi), le 12 octobre dernier en Namibie.
  
    Ce téméraire chasseur de records sur l’eau déboute ainsi l’Hydroptère de son record de vitesse sur 500 mètres, fixé à 51 nœuds (chiffre arrondi).  L’écart est net, bien creusé, et mérite toute notre attention.
  
    On serait porté à croire, à lire la presse consacrée à la voile, que le nouveau record d’Alexandre Caizergues de 54 nœuds sur 500 mètres constitue pour l’heure la vitesse absolue jamais atteinte par un engin à voile.  Nous parlons bien ici d’une record de vitesse mondial pour un engin à voile sur l’eau.
  
    Certains se souviendront que l’Hydroptère, célèbre maxi-trimaran hydroptère, a atteint momentanément, il y a deux ans environ, la vitesse de pointe non homologuée de 61 nœuds peu avant de culbuter.  Dure leçon.  Toutefois, il est clair depuis que l’Hydroptère est en réalité capable de pénétrer la plage des 60 nœuds de moyenne sur 500 mètres ou plus. Il s’y prépare vraisemblablement, en prenant des précautions supplémentaires cette fois.
 
     Quel est donc l’élément essentiel à fignoler pour qui veut atteindre de nouveaux records de vitesse à la voile sur l’eau : l’homme ou la machine, ou les deux ?  S’il s’agit de l’homme, comme dans le cas d’Alexandre Caizergues et d’autres kit-surfeurs maintenant à ses trousses, les capacités athlétiques ressortent nettement comme élément majeur.  Sur maxi-trimarans, hydroptères ou non, la conception et la construction de la machine passent au premier plan, suivies de la bonne coordination et du savoir-faire de l’équipage. 
 

(La vidéo ci-dessus a pour seul but d’illustrer le contraste athlétisme/technologie entre un trimaran de course et une planche à voile.)

   L’avenir nous confirmera bientôt si cette façon contrastée d’aborder les records de vitesse à la voile (c.-à-d. : athlétisme/technologie) est valable ou non.  Cela dit, il est évident que planches à voile et kit-surfs d’un côté, et trimarans, de l’autre, s’arracheront encore mutuellement des records de vitesse.  Il semblerait même que le potentiel de vitesse des kit-surfs soit nettement supérieur à celui des planches à voile.  Pourquoi ?  Satanée question.  Il faudra bien y répondre tôt ou tard.

 
   Et ce n’est pas tout : on dénombre d’autres engins à voile, au sens strict, susceptibles de décrocher des records de vitesse.  Parmi ces engins figurent, par exemple, les chars à voile et les chars à glace.  L’an dernier, un char à voile sur roues a dépassé les 200 km/h.  Du côté chars à glace, on relève un record de 134 km/h non vérifié.
 
   En attendant de démêler ces catégories d’engin à voile, nous sommes encore sous le coup de la surprise que vient de nous donner Alexandre Caizergues avec son tout dernier record fracassant de vitesse pure à la voile sur l’eau. Un seul homme et son kit-surf.  Bravo, Alexandre ! 
 
 
NOTA : Pour accéder à l’article précédent sur les records de vitesse à la voile, il vous suffit de cliquer ici : Records de vitesse à la voile