Sélectionner une page

Aïe, Sedlacek n’est pas aussi prêt que je le pensais hier à descendre vers le Horn. Il est au seuil de la porte du Pacifique est avec un problème de chariot de GV bloqué en haut du mât. Bon, il va réparer, mais ça prend du temps et il semble qu’il sa GV en gardera des séquelles. A suivre… Dinelli, devant lui, a passé la porte et a entamé la longue descente au large du Chili.

Grand titre qui fait plaisir à voir sur le site du Vendée Globe : « Wilson au Horn ». Bien content pour lui ! Il n’a pas eu la partie facile à l’approche du Horn : mer et vent conspiraient encore – il fallait s’y attendre – pour lui rendre le passage éreintant. Enfin, le voilà dans des eaux plus paisibles. Pas exactement un long fleuve tranquille jusqu’à l’arrivée, mais dans l’immédiat il a de quoi se détendre un brin et savourer la joie d’avoir passé le Gros Caillou.

Au pointage de 11 h, Jourdain est toujours à plus de 500 nautiques du 1er, Desjoyeaux, et suit toujours religieusement son sillage, signe qu’il n’y a, dans les conditions météo actuelles, qu’une seule façon apparente de contourner l’anticyclone des Açores.

J’attendrai le prochain pointage pour me faire une meilleure idée de la façon dont Desjoyeaux négocie l’anticyclone. Sa vitesse varie de pointage en pointage depuis hier mais il a visiblement amorcé son virage vers l’est-nord-est, alors que celui de Jourdain est au 350. Il est toujours 1er avec un bon matelas d’avance sur Jourdain. Tout baigne dans l’huile pour lui.

Pour les curieux, Desjoyeaux a enfin révélé sur le site du Vendée Globe l’avarie qu’il a subie dans le Pacifique sud et qui aurait pu lui coûter la course.

Rien de mirobolant à signaler, sauf erreur, du côté de l’équateur et dans l’Atlantique sud. Des jumelages d’Open 60 se font et se défont au gré des vents et des tactiques. Ceux qui marchent en solo tiennent bon aussi.

Rendez-vous après le pointage de 15 h.

Mise à jour : Aucun changement significatif depuis le pointage de 11 h. Desjoyeaux (1er) toujours dans les vents faiblards au nord-est du centre de l’anticyclone des Açores. Wilson (10e) qui a passé le Horn dans la journée semble se diriger vers le détroit de Le Maire. S’il le fait, il sera le troisième de la course, à ma connaissance, à avoir pris ce raccourci avantageux par vent et mer favorables. Sedlacek (12e) a passé la porte du Pacifique est. La vitesse de Le Cléac’h (3e) augmente. Il s’installe dans la zone des bons alizés du nord-est qui pivoteront progressivement un peu plus à l’est à partir de demain et lui permettront ainsi d’augmenter la cadence si l’état de la mer le lui permet. La majeur partie des skippers en lice sont regroupés entre la latitude de Rio et celle de Recife, en train de négocier des vents plutôt faibles, de direction variable.