Sélectionner une page

Toute une flopée de nouvelles des différents skippers aujourd’hui, bonnes dans l’ensemble sauf l’abandon hier de Dick (à confirmer au classement officiel du VG) et les ennuis techniques de l’un et l’autre.

À mon avis, la nouvelle de la journée – et qui pourrait mettre fin sans doute au débat concernant le positionnement des portes de sécurité sur le parcours – nous vient de Jean Le Cam qui félicite indirectement les organisateurs de la présente édition du Vendée Globe d’avoir positionné les portes convenablement. Je le cite à ce propos : « S’il n’y avait pas eu ces portes, cela aurait été ‘too much’. On va bien plus vite qu’il y a quatre ans. Ça sous-entend qu’on est plus proches de la limite des bateaux, donc forcément plus sur les nerfs ».

A lire aussi sur le site officiel du Vendée Globe, les bonnes résolutions de Davies pour 2009 ! Voir : http://www.vendeeglobe.org/fr/depeches/7905/grosse-fatigue.html .

Pour quelqu’un qui prétend ne pas prendre de risques, elle se débrouille pas mal du tout au classement général. D’ailleurs, elle passe en 6e position sur 15 suite à l’abandon de Dick.

Hier, Steve White (11e après abandon de Dick) sur ‘Toe in the water’ se trouvait dans zone de vent fort avec un autopilote mal en point, en plus d’un vit-de-mulet cassé qui l’a obligé à abaisser sa bôme sur le pont. Frustrant pour lui. Pour l’instant, il marche à dix nœuds, donc il gère bien la situation. Espérons qu’il aura de meilleures nouvelles à nous donner plus tard aujourd’hui.

Guillemot (7e) marche bien et se rapproche de la porte Pacifique Ouest à 13 nœuds de moyenne, à 250 nautiques derrière Davies (6e) qui, elle, marche à 11 nœuds. Les deux sont dans zone de vents relativement faibles.

Desjoyeaux et Jourdain, l’éternel duo de tête, sont à 64 nautiques l’un de l’autre, Desjoyeaux toujours premier. Ils filent à 17 nœuds de moyenne vers le Cap Horn dans une zone de 25 nœuds de vent. Il y a bien des vents de 30 nœuds un peu plus à l’est de leur position actuelle. Cela vaut-il un changement de cap ? Pas sûr. Le duel est plus serré que jamais. En effet, Jourdain possède un avantage sur Desjoyeaux par vent fort et grosse mer. Cependant, une fois dans l’Atlantique, l’avantage devrait passer à Desjoyeaux qui pourra alors jouer de finesse dans des vents moins constants. Cela dit, il ne faudrait pas sous-estimer la capacité de Le Cam (3e), à 345 nautiques du leader, de venir menacer la prédominance du duo de tête. Les éditions précédentes du Vendée Globe ont bien démontré qu’à ce stade de la course, Le Cam pourrait encore leur voler la vedette.

Paradoxalement, la carte des vents indique la présence de vents légers au sud de la position actuelle de Desjoyeaux et Jourdain. Toutefois, l’effet d’entonnoir dans les parages du Cap Horn devrait leur assurer normalement du bon vent portant jusqu’au 56e parallèle, sauf perturbations locales. Les vents soufflent pratiquement toujours d’ouest en est au Cap Horn. Un passage aux allures portantes est donc garanti et promet la continuation d’un joli duel en surf entre deux bons amis jusque dans l’Atlantique Sud. A partir de là, c’est l’imprévisible. D’ailleurs, comme l’indiquait Vincent Riou (5e) sur PRB, plus tôt aujourd’hui : « L’Atlantique, c’est une section de parcours où le jeu est plus ouvert (…)».

Humour rafraîchissant hier de Davies qui, profitant de températures plus chaudes (environ 12 C), a contemplé ses pieds qu’elle n’avait pas vus depuis des semaines et s’est baladée sur le pont de Roxy en T-shirt. Commentaire plein d’humour aussi de Desjoyeaux qui se demandait hier pourquoi on lui avait dit tant de fois d’aller faire le tour du monde pour découvrir de nouveaux visages, pour finalement se retrouver des semaines durant avec son compagnon de jeunesse, Jourdain, à ses trousses dans le Pacifique Sud.

Dick (abandon à confirmer) met le cap sur la Nouvelle-Zélande, à la suite de Josse (abandon). Hatfield (abandon) progresse à 10 nœuds sous voilure réduite et par temps relativement calme vers Hobart où il trouvera un repos bien mérité. Son mât tient toujours malgré des mouvements inquiétants sans les barres de flèche nécessaires à sa rigidité.

Mise à jour : C’est officiel : Jean-Pierre Dick a abandonné; il ne figure plus au classement général. Nouvelle sans suprise car qui aurait même songé à descendre au Horn sur un maxi amputé d’un safran sur deux, le deuxième étant lui-même affaibli par un choc antérieur ? Le duo de tête arrive dans les cinquantièmes hurlants à une moyenne plutôt lente de 14 noeuds. Vent faible ? Il semblerait que non, d’après la carte des vents. Houle du Pacifique sud par le travers ? C’est plus probable. Donc, difficulté à partir au surf sans doute, quoique difficile à confirmer lorsqu’on n’est pas sur place. Toujours est-il que l’écart entre les deux se maintient autour de 65 natiques, aux dernières nouvelles. Le Cam est toujours bon 3e, à 350 nautiques environ du leader Desjoyeaux. A mesure que le duo de tête fait de l’est en descendant vers le 56e parallèle, il devrait commencer à détaler comme des lapins sous l’effet d’une houle plus dans le dos que par le travers, et de vents toujours plus forts. N’oublions pas tout de même, que malgré sa mauvaise réputation, le Horn s’est déjà fait tout doux à l’occasion pour quelques plaisanciers agréablement surpris. Toutefois, les skippers du Vendée Globe seraient plutôt déçus si le Horn leur jouait ce tour-là. Ils rêvent au contraire d’entrer au surf dans l’Atlantique sud en saluant, s’ils en ont le temps, le vénérable rocher au passage.