Sélectionner une page

De son maxi retourné au large du Horn, Le Cam a pu donner signe de vie à Vincent Riou arrivé sur les lieux et qui s’est approché de son bateau. A l’appel vocal de Riou, Le Cam a répondu par un cri de l’intérieur de son bateau. Pour des raisons à déterminer, il n’a pas réussi à sortir par le sas de secours aménagé dans le tableau arrière du maxi.

Un remorqueur de la marine chilienne est en route vers l’endroit du naufrage avec le matériel nécessaire pour sortir Le Cam de son bateau et ramener le skipper et son bateau à bon port. Quel soulagement !!

Ce 58ème jour de course voit toujours Desjoyeaux en tête. Il a passé les Malouines avec 130 nautiques d’avance sur Jourdain qui ne le lâche pas ou peu. Selon Desjoyeaux, les prochains jours seront marqués par un jeu de stratégie très serré entre Jourdain et lui.

Davies (passée en 5e position après l’accident de Le Cam) descend à vive allure vers le Horn, tandis que d’autres concurrents à sa suite sont en train de négocier la porte du Pacifique Est ou les vents variables de l’entre-deux portes (ouest et est). Guillemot n’a pas encore réparé son rail de mât et ne peut donc pas envoyer toute sa GV.

Après des heures d’angoisse, la grande nouvelle du jour ne change pas : Jean Le Cam est en vie. Les secours arrivent du Chili pour le sortir de son maxi. Riou, le Cléac’h et un gros pétrolier se tiennent à ses côtés jusqu’à l’arrivée des secours.

Ouf !